Après des années et des années à arpenter et peindre les chemins de fers, tunnels, dépôts et rues. Rap, légende vivante du graffiti parisien entamait une démarche autodidacte et remarquable d'un travail d'archivage de graffiti et tout ce qui englobe la discipline. Archivage de ses pièces, celles de ses crews mais aussi celles d'autres graffeurs. Des graffitis en général, leurs histoires, leur aspect... De part ce geste, il ouvrait une nouvelle voie au graffiti média, et contrairement au grande distribution publiant souvent des ouvrages bidons sur le graffiti... Rap lui, laissait place à des ouvrages pointus pour les vrais, pour ceux qui savent. Des ouvrages d'une grande valeur pour les passionnés du graffiti, mais aussi pour les non-initiés curieux de découvrir la face réelle de ce mode de vie. Il alimente ses livres avec des photos inédites, de peintures mais aussi d'ambiance. Et surtout de textes et d'anecdotes... Pilier incontournable du graffiti parisien, Rap n'était pas mieux placé pour diriger un projet comme celui là. Etant auto-édité et conçus de A à Z par lui même, ces livres sont semblables à la démarche du graffiti, ils ne sont pas là pour faire du fric, ils sont là pour exister... et laisser une trace dans le temps.  

Edition Octobre Rouge




Ce voyage aurait pu être comme d'autres, une conquête exaltée de trains étrangers, sans lendemain. Traversée de Copenhague où la ville n'est pas tant visitée que les seuls abords de voies ferrées. L'attention est portée sur les graffiti locaux, les différents modèles de trains, les moyens d'infiltrer les dépôts. Les actions s’enchaînent, les solutions trouvées, les couches de peintures, les issues, les retours à l'hôtel.

Nous connaissons la précision de Rap quand il s'agit de raconter les choses vues et vécues. Dans 14092005 les faits sont relatés jours après jours, presque heure par heure.De bout en bout le récit et les images se répondent, chaque anecdote trouve une photo pour l'illustrer. L'appareil photo le suit jusque dans la prison où Rap réussit à l'introduire, l'histoire est dingue.

L'arrestation du groupe donne au voyage une tournure imprévue.
Les actions brutes laissent place à un récit sans repère temporel, s'installant dans le temps sous la contrainte. Les couloirs, la cour de promenade, la cellule sont décrits avec acuité, dans leurs moindres détails.

Les rencontres dans la cour sont autant de fenêtres sur d'autres parcours, autant de vies qui se retrouvent en ce même point, à respirer le même air.
Il n'est plus question de réseau ferroviaire, une nouvelle carte se déploie, plus internationale. Les visions du monde sont échangées, ça cogite. C'est fascinant.

Ce livre est un témoignage important.
Un des rares où l'on comprend comment le graffiti, qui guide chaque journée de l'auteur,

peut être un moyen d'entrer dans la vie, le meilleur peut-être pour parler du monde et s'y déplacer.

Guillaume Pellay - Edition Peinture










Interview dans la revue Area N°32/33 - 2017

__


Texte d' Emmanuel Moyne, Avocat au Barreau de Paris et collectionneur,
 dans "Une Esthétique Urbaine graffeurs d'Europe" de Claire Calogirou 
(chercheur au CNRS et Conservateur au MUCEM) - 2012

__


Connaissance des Arts - Hors série - 2009

__


"Art Gallery Connexion" Portraits d'artistes - Philippe Bonan - 2014

__


"Graffiti une histoire en image" Eyrolles - 2011

__


Beat the clock - 2008

__

For more than two decades, Rap ran the game. Before this name and having this super raw style, he first went by several others like Vans, Vesho, Vog, Club... Mid '90s he made the switch to this child like aesthetic when co-creating the UV (Ultra Violent) with the likes of Fuzi, Sit, Salo and later Trane. For years he was the train and subway master. Doing tons of them, and spreading a myth of fear and violence around him and his partners. A true King.

Thibault Choay (Classic Paris) pour Complex.com - 2011



UV Book / Le livre UV / graffalife

DISPONIBLE